Ssstart
Puneet Singh Singhal

Depuis l'apparition de la COVID-19, la distanciation sociale est devenue la nouvelle norme, creusant encore l'écart entre les personnes. ssstart est un centre qui donne l'espoir de raviver la chaleur de la communication humaine grâce à des ateliers, des activités et des événements passionnants et engageants.

Nous fournissons des espaces interactifs pour que les personnes de tous âges, sexes et origines soient des êtres humains libres, vulnérables et patients. Notre objectif principal est de créer des communicateurs authentiques qui transmettent leur message de manière approfondie et équilibrent efficacement la parole et l'écoute.

Nous pensons que toute limitation peut également être considérée comme un avantage, et nous appelons cela "l'avantage déloyal". Dans ssstart, nous nous efforçons d'autonomiser les personnes atteintes de différents troubles de la parole - comme le bégaiement, le zézaiement, le sigmatisme (utilisation répétitive du son "s" dans chaque mot) et l'aphasie (oubli de mots) - en se concentrant sur une communication directe et véridique tout en embrassant la parole handicapées. Outre l'autonomisation des personnes atteintes de troubles de la parole, nous préconisons une société qui communique ouvertement, pense de manière critique et valorise la patience et les gens afin que lorsque nous, ceux qui ont des troubles de la parole, essayons de transmettre nos messages, ceux qui ne souffrent pas de troubles de la parole écoutent jusqu'à ce que nous finissions même si cela prend du temps. Cela implique également que les auditeurs ne finissent pas nos phrases si nous restons bloqués.

Nous ferons preuve d'humour à travers des activités telles que la comédie stand-up, le rap et les pièces de théâtre de rue. Nous prouverons que nous méritons d'être entendus et d'appartenir à la société. À l'occasion, nous inviterons des personnalités à succès ayant des troubles de la parole pour renforcer la confiance en soi de nos participants et leur montrer qu'ils peuvent également réaliser leurs rêves grâce à une pratique et à une détermination constantes. Nous proposons des ateliers axés sur le langage corporel, la prise de parole en public et la langue des signes. Nous recevons également l'aide de psychologues expérimentés pour les personnes souffrant de traumatismes nécessitant un soutien clinique.

Objectif
Créer une meilleure vie quotidienne pour toute personne confrontée à des défis pour communiquer clairement, en encourageant à s'exprimer dans son style unique sans craindre d'être ridiculisé et intimidé.
Tranche d'âge ciblée
12-21
Qui sommes-nous ?
Petite enfant à New Delhi, la vie était belle. Je me souviens, quand j'ai commencé ma scolarité, que c'était tellement amusant d'apprendre les alphabets anglais et hindi, les mathématiques et le dessin. J'avais l'habitude de réciter des prières et de chanter l'hymne national à l'assemblée de l'école. En classe, c'est moi qui lisais à haute voix le tableau de mathématiques, comme mes camarades le répétaient après moi. Mais tout a changé lorsque j'ai été témoin pour la première fois de violences entre adultes. Je me sentais blessé et pourtant si engourdi que je restais debout au même endroit pendant des heures sans avoir une seule pensée. Je me suis retrouvé enchaîné. Avant, j'avais peur de m'asseoir dans le noir, mais à ce stade, j'ai trouvé refuge dans l'obscurité. J'ai arrêté de communiquer. Quand on m'a posé une question, mes mots ne sont pas sortis. La scène scolaire qui était ma zone de confort s'est transformée en "champ de bataille". Un jour, toute la classe a commencé à bégayer « gu-gu-gu-bonjour », et j'ai réalisé qu'ils se moquaient de moi. Mes camarades de classe et leurs parents se sont même plaints au principal que je pouvais avoir une mauvaise influence et les faire tous bégayer. Ma mère n'arrivait pas à croire que son fils, dont la langue était aussi rapide qu'un train et tranchante comme un rasoir, avait du mal à parler ! Étant sujet à moqueries constantes, j'ai complètement perdu confiance. J'ai utilisé différentes stratégies pour soulager mon bégaiement : trouver des alternatives aux mots sur lesquels je coinçais généralement, réduire mes propos au minimum ou arriver en retard pour éviter de me présenter. Quand les gens essayaient de m'aider en me demandant de ralentir ou en finissant mes phrases, cela me rendait encore plus conscient. Et puis il y avait ces conseils bizarres et plutôt dangereux comme lécher les cendres des corps incinérés ou frotter l'alun sur la langue jusqu'à ce que la couche supérieure soit enlevée. Avec le recul, mon enfance n'a pas été facile, mais est-ce que je regrette d'avoir bégayé ? Non. Cela a fait de moi un être humain plus sensible. Je me sens connecté avec tous ceux qui sont incapables d'exprimer leurs pensées et qui aspirent à être compris. À l'été 2018, j'ai pris contact avec Vinayak, un homme qui a eu besoin de près de 7 minutes pour se présenter. Il était de l'Indian Stammering Association (TISA) et il m'a invité à assister à la conférence annuelle à Delhi. Lorsque j'ai écouté les orateurs, j'ai été étonné de voir à quel point ils étaient confiants et à l'aise lorsqu'ils parlaient en public. Bientôt, je me suis retrouvé parmi ma « tribu », et maintenant c'est nous qui nous sommes moqués de nos incapacités, ou devrais-je dire, de notre style de communication particulier ! Pour la première fois, je n'ai pas eu à m'enfuir. Le lendemain, nous avons eu pour tâche de parler aux passagers du métro de Delhi. Nous avons expliqué nos défis et comment nous nous sentions ridiculisés. Les gens nous ont écoutés et ont signé une promesse de bienveillance envers toute personne confrontée à un problème de communication. Tout cela m'a aidé à être en harmonie avec moi-même et à accepter que je suis bègue. Maintenant, je peux prendre le contrôle de ma vie, car j'ai réalisé que je n'étais pas seul. Et BOUM ! Je suis remonté sur scène et j'ai saisi toutes les occasions d'échouer lamentablement, plus que jamais auparavant. Mais j'ai appris une chose : je peux maintenant dire mon nom couramment, un nom qui commence par "PU" - un son avec lequel j'avais toujours lutté.
Informations complémentaires
J'étais au Kerala, dans le sud de l'Inde, pour un cours de leadership social avec kanthari. Il offre un mois 12, un programme de leadership basé sur des bourses d'études pour les visionnaires qui ont surmonté l'adversité et qui souhaitent conduire un changement social éthique partout dans le monde. Cela me fournira tous les outils nécessaires pour démarrer et gérer ma propre ONG ou entreprise sociale. Pour plus d'informations sur le kanthari, vous pouvez vous référer à ce lien - https://t.co/9e7Jowu3GQ">https://t.co/9e7Jowu3GQ . Voici mon blog qui a été publié sur leur site Web à propos de ma vie et de mon projet - https://www.kanthari.org/ssstart/">https://www.kanthari.org/ssstart/ https://t.co/cuW5Hdw3gz">https://t.co/cuW5Hdw3gz - Ce lien contient un profil personnel de chaque participant, et vous pouvez trouver mon profil sous mon nom "Puneet Singhal, New Delhi". Nous nous attaquons au manque de représentation des personnes handicapées dans les arts, la musique, la danse, le cinéma, le théâtre et les médias. Nous ne sont pas visibles et lorsque nous sommes présentés, nous sommes souvent montrés de façon stéréotypée négativement. Nous sommes dépeints comme des objets de pitié ou comme des super-héros qui ont obtenu de grands succès. Ces deux scénarios ne sont pas ce qui représente la majorité des personnes handicapées. En raison du manque de sensibilisation, il y a une stigmatisation attachée aux handicaps et certainement, il y a des idées fausses sur la façon dont nous sommes censés vivre nos vies. Besoin d'une représentation équilibrée des personnes handicapées en tant qu'individus et du handicap en tant qu'élément de la vie quotidienne. Différents modes de médias peuvent jouer un rôle plus constructif en rendant la société inclusive pour tous et en intégrant avec succès les personnes handicapées dans tous les aspects de la vie sociale. Par l'humour, nous allons aborder les questions les plus difficiles autour du handicap et engager des conversations que nous, en tant que société, évitons généralement. Notre objectif est de créer une société plus empathique et patiente, ce qui n'est possible qu'en sensibilisant les gens aux défis quotidiens auxquels les personnes handicapées sont confrontées. Nous voulons impliquer fortement que handicap ne signifie pas moins valide. Nous essaierons de changer les perceptions des personnes handicapées et non handicapées à l'égard du handicap. Ce sera notre premier projet pilote pour évaluer et observer les résultats afin de préparer le prochain projet de sensibilisation et de plaidoyer. Pour en savoir plus sur ma vie et mon projet, veuillez lire- https://t.co/ZZOK9ju5hI">https://t.co/ZZOK9ju5hI

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir commenter Cliquer ici pour vous connecter